FANDOM


Cet article relate mon expérience vécue lors du concert de Prince, à l'Espace Nikaia de Nice le dimanche 25 juillet 2010, et l'aftershow au Palais Club, à Cannes.

2010 nice ticket.jpg

Mon billet de concert pour Nice

Contexte

Le concert de Nice a été ajouté à un moment relativement tardif dans la tournée 20ten, puisque les billets ont été mis en vente fin juin 2010 pour un concert devant se tenir le 25 juillet. Beaucoup se demandaient si Prince parviendrait à remplir l’espace Nikaia, en configuration ouverte sur le stade Charles-Ehrmann et permettant d’accueillir plus de 30 000 personnes. Les ventes de billets furent effectivement modestes, et il est estimé que seulement 12 à 15 000 spectateurs assistèrent au concert.

Les billets étaient proposés en plusieurs catégories, et les places les plus chères étaient celles situées dans les gradins tout à l’arrière, pour une valeur de 125 euros. Il était donc plus intéressant de prendre des places en « catégorie 2 », debout dans la fosse, à 89 euros. Plus tard des places « fosse » furent proposées à 65 euros, au milieu de la pelouse.

Le concert de Nice permettait de compléter la tournée en proposant une date dans le sud de la France, en plus du concert donné à Arras le 9 juillet. Ce concert eut lieu également trois jours après celui du New Morning, à Paris, donné en petit comité et à la toute dernière minute. Il s’agit de la toute dernière date de la tournée. Plusieurs autres dates avaient été envisagées pendant un temps, avec des concerts possibles notamment à Nîmes, mais qui n’ont pas été confirmés.

Prince avait déjà joué deux fois à Nice : la première fois le 27 octobre 1985 dans le cadre du tournage du vidéoclip de America, et le 18 juillet 1990 pour le Nude Tour. Le concert de 2010 permet donc de célébrer 20 et 25 années d’amour pour Nissa La Bella, ville où Prince tourna le film Under The Cherry Moon.

Avant le show

A peine remis du concert du New Morning, qui s’est terminé au petit matin du vendredi 23 juillet, il fallait repartir pour Nice le dimanche suivant. J’avais acheté à la dernière minute un billet en catégorie 2, afin d’être au plus près de la scène. Mon billet d’avion acheté sur Easyjet me coutait 262 euros aller retour, ce qui n’est pas étonnant pour un vol vers la Côte d'Azur à trois jours de l’événement et en plein mois de juillet. Décidant de la jouer « à la cool », j’avais heureusement choisi un horaire sympa pour le vol : départ d’Orly à 14 :55, ce qui permettait une arrivée sur Nice à 16 :20. Cela me semblait suffisant pour un show prévu à 20 :30, et même s’il s’agissait d’une configuration en stade je me disais que ce serait dans une ambiance beaucoup plus cool qu’un show à Paris. Vu qu’il y avait depuis quelques jours des rumeurs d’aftershow, je décidais de ne pas réserver de chambre d’hôtel et de prendre le premier avion le lendemain matin, avec un décollage prévu à 06 :20.

Le vol aller se déroule sans problème, et une fois posé et sorti de l’aéroport le trajet à pied se fait en 30 minutes jusqu’au Palais Nikaia. Il fait chaud, bien évidemment, et l’atmosphère sent bon les vacances. Sur place, il y a des files d’attente déjà constituées entre des barrières métalliques, mais c’est loin d’être la folie. On retrouve un grand nombre de visages connus encore une fois. Les fans présents depuis plusieurs heures sont cramoisis au soleil, alors que nous arrivons frais comme des gardons. Entre 17h et 18h30 il ne se passe pas grand-chose, mais cela permet d’échanger avec les fans présents autour de nous. Les rumeurs d’aftershow se font de plus en plus précises et vers 19 heures la confirmation tombe enfin : ce sera au Palais Club, à Cannes. Certains s’organisent déjà pour constituer les convois de voitures car il y a une bonne trentaine de kilomètres et il faut prévoir environ 40 minutes pour s’y rendre. La perspective d’un aftershow nous comble évidemment de joie, même si cela amène son lot de questions : pourra-t-on y aller ? et y rentrer ? combien de places ? à quel prix ? etc. mais sachant que nous avions vécu le New Morning deux jours avant, nous sommes dans un état d’esprit zen. On verra bien le moment venu !

Après 19 heures, l’entrée dans le stade commence à s’organiser. Les consignes sont strictes : interdit de pousser et de courir sous peine d’expulsion immédiate. Après la fouille et la présentation du ticket d’entrée, on contourne le stade par la gauche pour se retrouver derrière le bâtiment, là où se trouve la large pelouse le long de la scène. Tous les 10 mètres se trouve un agent de la sécurité, donc nous respectons la consigne de ne pas courir tout en marchant très rapidement ! Nous rejoignons une foule compacte située à l’entrée du carré réservé aux billets les plus proches de la scène. Un cordon de sécurité bloque le passage, alors que la compression nous rappelle celle du New Morning quelques jours plus tôt. Il y a manifestement un problème, la sécurité n’ayant pas été briefée correctement se perd entre les dénominations de billets. En effet, la bonne blague est que les billets à 89 euros sont des « catégorie 2 », ce que le personnel interprète comme étant la deuxième catégorie de pelouse ! Ils veulent alors nous reléguer derrière la barrière séparant les deux catégories de pelouse ! Protestation, incompréhension, tension, et plusieurs minutes de perdues, pour finalement que la situation se débloque et que nous puissions entrer. Des fans avaient pu contourner le problème en utilisant un autre passage, donc au premier rang tout le centre de la scène est déjà squatté. On se retrouve donc relégués à gauche toute, entre le deuxième et le cinquième rang, face au clavier de Cassandra O’Neal, ce qui n’est pas si mal compte tenu de notre arrivée tardive. En tous cas nous pourrons profiter pleinement du spectacle et de très près.

Vlcsnap-2015-09-29-18h58m09s354.png

La scène de l'espace Nikaia, juste avant le concert

L’attente, debout sous la chaleur du sud, est assez éprouvante surtout que le concert démarre avec du retard. Il y a semble t-il un souci important avec les lumières devant éclairer la scène, et plusieurs techniciens s’affairent en urgence pour réparer. Alors que le show était annoncé à 20 :30 c’est seulement à 21 :45 qu’il va effectivement démarrer ! Entre temps, Alfred Bernardin s’est montré plusieurs fois sur scène, expliquant le retard et aussi annonçant à tout le monde l’aftershow à Cannes ! A ce moment là, nous sommes dépités… ce sera sûrement la cohue et on s’apprête à vivre un New Morning bis.

Le show

Vlcsnap-2015-09-29-19h03m13s424.png

Prince et la ballerine Misty Copeland

Le show comporte d’entrée de jeu deux agréables surprises. Tout d’abord, Prince va débuter le show doucement avec le titre Purple Rain, ce qui est assez inhabituel. Ensuite, on découvre sur scène la ballerine Misty Copeland, qui avait déjà participé à quelques concerts aux Etats-Unis. Sacré Prince ! Une petite virée sur la Côte d’Azur avec ma nouvelle copine ? Hop, j’organise un concert vite fait à Nice. Je n’ai qu’un mois pour vendre des billets ? Peu importe, je fais tout à la dernière minute et mes fans ont l’habitude. Au moins je ne dépense pas un sou, on prévoit pour moi limousine et suite au Martinez (pour l’anecdote, Prince devait passer la nuit au Negresco, mais il n’a pas aimé la déco et a demandé à changer à la dernière minute), et en plus je gagne un peu d’argent en jouant de la musique. Pourquoi se priver ?

Vlcsnap-2015-09-29-19h06m21s269.png

Prince et des fans sur scène

Prince est apparu revêtu de son pyjama « 20ten » en soie avec son effigie dessinée dessus. Le même que celui d’Arras. Il avait pourtant des vêtements plus sympa au New Morning ! Le show se poursuit avec le déroulement classique des titres, vus sur la plupart des shows de cette tournée : Let's Go Crazy, qui s’enchaine avec Delirious tout en reprenant à la fin le coda de Let's Go Crazy. Puis vient 1999. Autre surprise, le titre Shhh est proposé et voit revenir Misty Copeland pour des pas de deux bien inspirés. On continue le déroulement des titres avec Cream, puis Musicology durant lequel une trentaine de fans sont invités à monter sur scène pourdanser, essentiellement des filles. Le tout se poursuit sous la forme d’un medley intégrant A Love Bizarre, puis Controversy. Prince incite à crier « oooh français ! ». Comme d’habitude, la version de Controversy est ponctuée de plusieurs breaks, des chants de Housequake, et d’

une demande de Prince pour sauter sur place. Le tout est fort sympathique, mais pour nous il sonne déjà comme un air de déjà vu sans surprise notable.

Vlcsnap-2015-09-29-19h11m15s711.png

Un break intervient alors avec un morceau chanté par le trio de choriste, c’est Angel la reprise de Sarah McLachlan. La chanson est poignante (elle traite de la mort de Jonathan Melvoin, clavier des Smashing Pumpkins et frère de Wendy Melvoin) mais les fans ne comprennent pas trop pourquoi ce titre vient s’insérer ici. Prince revient sur scène pour une version de Nothing Compares 2 U en duo avec Shelby J. Il reprend en main sa guitare pour Take Me With U, suivi immédiatement du morceau Guitar. A cette occasion, il balance l’instrument dans la foule. La guitare est récupérée peu après par son technicien attitré.

Prince enchaine alors avec une splendide version de Little Red Corvette. Certes c’est la mise en scène connue depuis Montreux en 2009 mais dans l’atmosphère du sud et par cette chaude nuit d’été, ce morceau joué magnifiquement est particulièrement bienvenu.

Vlcsnap-2015-09-29-19h07m05s644.png

L'harmoniciste Frédéric Yonnet en pleine action

La suite du show se poursuit avec un déroulement assez classique : on retrouve Kiss, puis le medley old school constitué de Mountains, Shake Your Body (Down To The Ground), Everyday People et I Want To Take You Higher. Ces titres se déroulant avec la présence de Misty Copeland sur scène.

Le concert prend une tournure plus libre ensuite, avec Forever In My Life dans lequel s’insère une partie de When Will We B Paid? chantée par Liv Warfield. Vient ensuite une nouvelle salve à la guitare avec le morceau Dreamer. Et enfin, en guise de rappel final, le Dance (Disco Heat) de Sylvester doté bien sur de nombreux solos, mais toutefois moins prenant que la version du New Morning deux nuits plus tôt.

Après le show

A peine le concert est il terminé qu’il faut déjà penser à l’aftershow qui nous attend. Fort heureusement, sur le chemin pour sortir de l’enceinte du Nikaia, les propositions par SMS sont nombreuses pour nous emmener à Cannes. On trouve rapidement une voiture dans laquelle figurent déjà deux connaissances avec qui nous avions partagé les shows de Montreux en 2009. La solidarité princière a pleinement fait son effet !

Sur la route, on reparle un peu du show de Nice. Certes, Prince a fait le job et le concert était agréable et pêchu, mais on ne peut s’empêcher de l’avoir trouvé fatigué surtout sur les morceaux les plus anciens. Nice était il le concert de trop, tant pour Prince que pour nous ? C’est ce que pensent certains fans, et il est vrai que la pression supportée depuis début juillet fait que l’on a peut être pas apprécié ce concert de la meilleure façon.

Un ami, David, était parti avant la fin du concert de Nice et se trouvait déjà dans la salle de l’aftershow. Par SMS il nous indique être arrivé dans les premiers, alors que la salle est encore vide !

La suite de celle folle soirée est racontée dans l'article sur l'aftershow de Cannes Palais Club.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard