Fandom

Calhounsquare - ACCUEIL

One Nite Alone...LIVE

189pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire1 Partager

One Nite Alone...LIVE est un coffret de 3 CD contenant des enregistrements en public réalisés lors de la partie américaine de la tournée One Nite Alone, au printemps 2002. Il s'agit du trente-et-unième album de Prince et son premier live officiel. Il a tout d'abord été distribué par envoi postal aux membres du NPG Music Club, à partir du 24 novembre 2002, puis il fut disponible dans le commerce traditionnel à partir du 17 décembre 2002. Il s'agit aussi du premier album attribué à Prince and The New Power Generation depuis l'album Love Symbol de 1992.

2002 onalive front.jpg

One Nite Alone...LIVE - CD

Genèse

L'exceptionnelle teneur du groupe New Power Generation de Prince, et le matériel tout aussi exceptionnel de l'album The Rainbow Children sont le prétexte à une tournée d'anthologie, le One Nite Alone Tour (du nom de l'album de piano solo One Nite Alone édité pendant la tournée). Cette tournée aura lieu en quatre phases : aux Etats-Unis, au Canada, au Japon et en Europe. La partie américaine de cette tournée, qui eut lieu en mars et avril 2002, est immortalisée dans un coffret de trois CD proposé dans le cadre de la deuxième saison du NPG Music Club, le site à abonnement annuel de Prince.

Ce coffret vient donc à lui seul combler la promesse de livrer "quatre disques en un an" aux membres du Club. Le premier disque étant l'album One Nite Alone, paru en mai 2002.

Cependant, il aurait été dommage de réserver ces enregistrements uniquement aux membres du Club. C'est pourquoi une distribution dans le commerce traditionnel, en partenariat avec Redline Entertainment (la même société qui avait distribué The Rainbow Children) a été organisée à la fin de l'année 2002.

Enregistrement

L'enregistrement live est réalisé par Prince et les musiciens du NPG :

La période d'enregistrement porte sur mars et avril 2002. L'album contient des extraits assemblés en provenance de différentes villes : Portland, Indianapolis, Washington DC, Lakeland, Los Angeles, Oakland, Seattle et Houston. Le troisième disque, qui contient les extraits d'aftershows, est principalement basé sur les dates de New York et Los Angeles. Sur les deux premiers disques, c'est le show de Portland (le dernier de la tournée US) qui est majoritaire.

Si la prise de son est bien live, il a été remarqué par certains spécialistes que des overdubs (ajouts ou modifications) ont eu lieu. Ainsi le titre Xenophobia, bien qu'indiqué comme étant en provenance de Portland, est en fait un assemblage avec le même morceau issu du show d'Indianapolis. Cela a été avéré car un CD sampler promotionnel comportant le titre Xenophobia intégral version Indianapolis a été distribué à quelques radios courant 2002.

Editions

2002 onalive after.jpg

It Ain't Over... The Aftershow - la pochette du CD spécifique dans le coffret One Nite Alone

Le coffret One Nite Alone...LIVE est présenté dans un luxueux boitier au format "long box" contenant un double CD (correspondant au show principal) et un CD simple (pour l'aftershow) dans leurs boitiers respectifs. Si les livrets des CD sont relativement sommaires, le coffret propose un superbe livre de 56 pages bardé de photographies et de commentaires de la part des musiciens ou de fans.

L'édition du NPG Music Club est reconnaissable au fait qu'elle ne comporte pas de code barre. Elle contenait aussi un exemplaire CD de l'album One Nite Alone (que les membres du Club ont donc reçu deux fois). Certaines boites ont également contenu un CD-single du titre High, en provenance de l'album abandonné du même nom et datant de 2000.

CD 1 CD 2 CD 3
  1. Rainbow Children (11:45)
  2. Muse 2 The Pharaoh (4:49)
  3. Xenophobia (12:39)
  4. Extraordinary (5:01)
  5. Mellow (4:30)
  6. 1+1+1 Is 3 (6:05)
  7. The Other Side Of The Pillow (4:47)
  8. Strange Relationship (4:12)
  9. When You Were Mine (3:47)
  10. Avalanche (6:04)
  1. Family Name (7:16)
  2. Take Me With U (2:53)
  3. Raspberry Beret (3:26)
  4. The Everlasting Now (7:40)
  5. One Nite Alone... (1:12)
  6. Adore (5:32)
  7. I Wanna B Ur Lover (1:21)
  8. Do Me, Baby (1:56)
  9. Condition Of The Heart (Interlude) (0:39)
  10. Diamonds & Pearls (0:40)
  11. The Beautiful Ones (2:10)
  12. Nothing Compares 2 U (3:47)
  13. Free (1:06)
  14. Starfish & Coffee (1:07)
  15. Sometimes It Snows In April (2:40)
  16. How Come U Don't Call Me Anymore (5:06)
  17. Anna Stesia (13:12)
  1. Joy In Repetition (10:55)
  2. We Do This (4:41)
  3. Medley: Just Friends (Sunny) / If You Want Me To Stay (4:26)
  4. 2 Nigs United 4 West Compton (6:14)
  5. Alphabet Street (2:54)
  6. Peach (Xtended Jam) (11:18)
  7. Dorothy Parker (6:16)
  8. Girls & Boys (6:59)
  9. The Everlasting Now (Vamp) (1:49)


Analyse

Cela faisait longtemps que les fans de Prince réclamaient la sortie d'un live officiel. Comment imaginer en effet que l'un des plus grands performers de l'histoire de la musique n'ait jamais sorti d'enregistrement live, malgré le fait qu'il fasse partie des artistes pour lesquels il existe le plus grand nombre de disques pirates ?! Bien sur, il existait déjà des enregistrements en concert de Prince, notamment sous la forme de films vidéo, mais la sortie d'un CD live en bonne et due forme était évidemment très attendue.

Le résultat fut à la hauteur de l'attente. Déjà d'aspect extérieur, avec le beau boitier allongé contenant les trois disques et le chouette livret en papier glacé. La présentation enfonce littéralement les meilleures productions pirates qui nous avaient pourtant habitué à du très bon depuis quelques années. Plus anecdotique, un mini poster de Prince à la guitare est aussi présent dans le coffret.

Ensuite musicalement bien sur, car la tournée jazzy One Nite Alone est évidemment un morceau de choix qui permet aux membres du groupe de Prince de s'exprimer pleinement. Les disques sont structurés comme un concert réel, malgré une grande diversité de lieux d'enregistrements. La cohérence musicale et technique est remarquable, et on a l'impression en écoutant le CD qu'il s'agit d'un seul et unique concert.

Plongeons nous sans plus attendre dans la découverte du double CD live. Le programme présenté ici est brillant. Il résume parfaitement l'esprit de la tournée américaine : un début jazzy à souhait comprenant plusieurs morceaux de l'album The Rainbow Children, ainsi que des titres moins connus mais réarrangés d'une subtile façon jazz. Le son est absolument sidérant : clair, précis, majestueux... là encore les meilleurs disques pirates sont largement surpassés. Chaque titre apporte son lot de superlatifs, pour des raisons si nombreuses qu'il est difficile de toutes les évoquer ici. Sur le premier disque, notons une mention toute particulière à Xenophobia - monstrueux groove jazz / funk de plus de 11 minutes, Extraordinary - petite perle oubliée d'un album de deuxième catégorie (The Vault... Old Friends 4 Sale), magnifiée dans une interprétation jazz qui fait poser genou à terre. Le disque alterne entre solos de guitare interprétés librement, parties de cuivres brillantes livrées selon l'humeur et la présence des différents artistes (Maceo Parker, Greg Boyer, Candy Dulfer, et Najee), sans oublier les attaques terrifiantes de Rhonda Smith à la basse et les délires électroniques de Renato Neto aux claviers. N'oublions pas John "la pieuvre" Blackwell qui étonnera plus d'un batteur renommé.

Plus le show avance, et plus le coté jazzy fait place a un doublé Soul / Funk du meilleur effet, qu'il s'agisse de demi-tubes revisités (Take Me With U, Rasberry Beret, When You Were Mine, Strange Relationship) ou de nouveaux titres joués au plus profond (Avalanche, The Everlasting Now). A aucun moment, Prince et son groupe ne sonnent passéistes : les nouvelles interprétations sont faites de solos finement placés, ces arrangements apportent une fraicheur telle aux morceaux anciens qu'ils sont beaucoup plus que de simples reprises. Le disque se situe exactement au carrefour du jazz, du swing, de la soul et du funk. Chacun y trouvera son compte et même bien plus.

On arrive d'ailleurs rapidement à la conclusion que One Nite Alone...LIVE n'est pas un disque en concert comme les autres. C'est en réalité un album jazz à part entière, que le public soit là n'a en réalité que peu d'importance. Il peut être considéré comme un instrument parmis d'autres, et il est souvent en retrait dans le mix. C'est un album jazz enregistré en une seule prise, à peine retouché en studio, comme les albums des premiers jazzmen.

Excellement calibré, le double CD ne peut toutefois être envisagée qu'en écoute continue. Le deuxième CD ne comporte en effet que quelques titres péchus avant de se tourner vers le medley piano qui cloturait les concerts de la tournée. Et la encore, il convient de ne pas sombrer dans la facilité : chant majestueux, interprétations brillantes, choix des titres judicieux pour en arriver à un Anna Stesia d'anthologie, tout à fait à la hauteur de la réputation du morceau. A la fin du double, on est comme a la sortie des concerts : soufflé.

Allez, on embraie pour le troisième CD : celui de l'aftershow. Et là d'entrée de jeu c'est la perle, la claque majeure du coffret : Joy In Repetition. Rappelons que ce morceau initialement enregistré en 1986 est sorti, pas du tout à sa place, sur l'album Graffiti Bridge. Après une première version live faite en 1996, originale mais un peu faiblarde, nous la retrouvons en 2002. Extraite de l'aftershow au club The World de New York, avec quand même Larry Graham (basse), et Maceo Parker et Candy Dulfer au sax, cette version est monumentale. Comme si chacun des musiciens avait été touché par la lumière divine.

Le CD comporte deux autres extraits de ce même concert de New York : un jam avec George Clinton (We Do This) et un medley avec Musiq Souldchild. Ces deux prestations dénaturent un peu le coffret - le maitre du funk n'a plus qu'une voix symbolique et eraillée, et la prestation de Musiq, si elle est correcte, ne restera pas dans les annales. Mais qu'importe, tout cela est sensiblement édité et passe assez rapidement, et puis les solos de guitare ou de cuivres nous rappellent vite quel groupe est derrière.

Suivent alors les jams habituels des aftershows... les titres sont listés : 2 Nigs United 4 West Compton, Peach, The Ballad Of Dorothy Parker ou Girls & Boys - mais vous ne reconnaitrez pas grand chose de ces chansons. Laissez vous plutôt transporter par ces grooves magiques qui montrent une nouvelle facette de cet artiste hors du commun : sa propension à jammer comme jamais aucun autre ne l'a fait avant lui, même l'inventeur du groove en la personne de George Clinton lui-même. Non seulement c'est grandement improvisé, mais en plus les instruments se placent magnifiquement, les solos sont à tomber... être musicien et jouer avec Prince doit être une expérience hors du commun.

On va tout de même trouver quelques petites choses à dire sur ce coffret. Tout d'abord, le double CD principal est un peu bancal : le premier disque est excellent de bout en bout, mais le deuxième comporte essentiellement le long passage au piano, ce qui fait sombrer l'ambiance. Pour le troisième CD, malgré la qualité des interprétations, on reste un peu sur sa faim. Pour réunir ces quelques jams en un CD unique, il a fallut faire l'impasse sur des heures de musique, et on aurait presque préféré un double ou même un triple CD issus des aftershows. D'autre part, il est plus compliqué de composer un disque unique avec des jams très différents, et donc l'édition des morceaux est plus perceptible que sur le double CD.

Ensuite, par essence le coffret comprend des extraits de la partie américaine de la tournée. Mais il se trouve que les concerts et aftershows donnés en Europe et au Japon durant l'automne 2002 sont encore plus exceptionnels ! Du coup lorsque ce coffret sort à la fin de l'année, les versions proposées peuvent paraître pâle au regard de l'expérience vécue par certains fans.

L'autre point dérangeant autour de ce coffret concerne sa commercialisation. Le coffret compte donc comme 3 CD, ce qui vient remplir la promesse de livrer "quatre disques en un an" aux membres du NPG Music Club. Mais cela a été vu parfois comme une solution de facilité par les fans : plutôt que de sortir réellement quatre albums studio, Prince se "contente" d'éditer une compilation live de sa très bonne tournée. Ensuite, le coffret a été annoncé comme disponible également dans le commerce traditionnel, ce qui enlève tout sentiment d'exclusivité aux membres du NPG Music Club. Pire, il est proposé au tarif de $59 dans le commerce, soit moins cher que les $75 qui correspondent à sa valeur pour les membres du NPGMC ! Enfin comble du comble, les livraisons par voie postale ont parfois été trop longues, et les fans qui allaient chercher leur coffret en magasins à partir du 17 décembre 2002 ont pu obtenir leurs disques avant ceux du Club !

Au final la qualité globale de l'oeuvre, qui vient à la suite de The Rainbow Children, a permis de pardonner ces petits désagréments.

Singles

Le coffret One Nite Alone...LIVE n'a donné lieu qu'à des singles très limités. Le Live EP est un sampler distribué à quelques radios en mai 2002 soit très en avance par rapport à la sortie de l'album. Il comprend une version différente du titre Xenophobia, et des versions non retouchées des autres titres.

Le single de Days Of Wild est particulier car ce titre ne figure pas sur le coffret. Il s'agit d'une version enregistrée à Montreal le 18 juin 2002, soit en dehors du scope de la tournée américaine. Neuf jours plus tard, un CD contenant la version live originale (11:03) est distribué de mano a mano aux participants de la Celebration à Paisley Park. En août 2002 un CD-single est disponible dans le commerce et sur internet avec une version légèrement remaniée intitulée "Concert Mix" (10:45). Il comporte en "face-B" une version éditée du titre 1+1+1 is 3 issue du coffret.
2002 dow single.jpg
  • Singles
    • Live EP : Xenophobia (11:23) / Muse 2 The Pharaoh (4:47) / Mellow (4:35) / The Other Side Of The Pillow (4:43) / Strange Relationship (4:24) [Promo only/CD]
    • Days Of Wild (11:03) [Promo only/CD]
    • Days Of Wild (concert mix 10:45) / (single edit 4:08) / 1+1+1 is 3 (5:51) US

Critiques

D'une façon globale, la presse a été unanime au sujet de ce triple CD. On a vu toutefois ici et là des remarques sur la longueur des jams (pour le troisième CD) et le fait que souvent, les chroniqueurs préfèrent les anciens tubes aux nouveaux morceaux.

Performances commerciales

Poursuivant la stratégie de Prince de reconquête de son public par la qualité musicale, le coffret n'a pas touché une très large audience. Du fait de son prix élevé également, les ventes étaient nécessairement limitées. Quelques années après, on pouvait toutefois trouver le coffret soldé pour environ 15 €. Le disque n'a pas été classé dans les charts et n'a donné lieu à aucune certification officielle.

Héritage

One Nite Alone...LIVE est incontestablement une pièce de choix dans la discographie de Prince. Cet album fait partie des classiques qui démontrent l'incroyable maîtrise stylistique de Prince et, pour la première fois de façon officielle, son niveau d'excellence en concert.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard