FANDOM


Paisley Park Studios est un complexe de création musicale érigé en 1987 au 7801 Audubon Road, à Chanhassen, Minnesota, en banlieue sud-ouest de Minneapolis.

De 1987 à 2016, le bâtiment a abrité plusieurs studios d'enregistrement, des salles de répétition, des ateliers de confection de costumes, les bureaux de l'administration des entreprises de Prince, et une salle de concert pouvant contenir un peu moins de 1500 personnes.

Depuis le 6 octobre 2016, les studios sont devenus un musée sous le nom de Paisley Park Museum. Sauf cas exceptionnel, le bâtiment n'accueille plus d'activité musicale extérieure. Des évènements annuels appelés Celebration permettent toutefois de faire vivre le lieu musicalement.

IMG 0175

Avant Paisley Park

Dès son premier succès discographique en 1979 avec I Wanna Be Your Lover, Prince investit dans un home studio. En 1980, il a équipé sa maison du lac Minnetonka d'un petit studio 16 pistes, qu'il a baptisé "Uptown" en référence à la chanson du même titre (peut être parce qu'il s'agissait de la première chanson enregistrée à cet endroit).

En avril 1981, il déménage dans une autre maison située sur Kiowa Trail, aux abords du lac Riley à environ 30 minutes du centre de Minneapolis, emportant avec lui le matériel de la maison précédente. Le matériel d'enregistrement sera constamment amélioré durant les années suivantes, et passera à une console à 24 pistes pour l'enregistrement de morceaux de 1999.

En mai 1983, en préparation de Purple Rain, Prince loue un entrepôt situé à St Louis Park, à proximité du lac Calhoun, qu'il transforme en studio de répétition et de cours de théâtre. L'idée est de pouvoir répéter librement sans contrainte horaire. Le groupe The Time répétait là bas, et il y eut pendant plusieurs mois des cours de théâtre jusqu'à trois fois par semaine pour les besoins du film. Petit à petit, Prince y fait installer un équipement studio notamment pour l'enregistrement des répétitions. L'entrepôt était un ancien stockage de produits pour animaux, avec des murs en ciment pas du tout adaptés à des sessions studio. Il n'y a avait pas de séparation entre la console et la partie studio, ce qui posait des problèmes d'acoustique. Mais l'entrepôt permettait pour la première fois de réaliser des enregistrements avec le groupe au complet, ce qui a permis d'enregistrer le titre Let's Go Crazy en octobre 1983.

Une année plus tard, en mai 1984, cet entrepôt est abandonné au profit d'un autre situé sur Flying Cloud Drive, à Edina (Eden Prairie). Situé à 15 minutes de voiture de la maison de Prince, cet entrepôt a été utilisé tout d'abord pour filmer des scènes d'intérieur du film Purple Rain. Par la suite, Prince y fit installer l'équipement de son home studio lorsqu'il prépara son déménagement vers la maison de Galpin Bv. De nombreuses sessions studio eurent lieu à cet endroit, Prince y enregistra une partie de l'album Around The World In A Day, ainsi que l'album de The Family. Il est intéressant de constater que les titres enregistrés à cet endroit sont notés comme enregistrés à "Paisley Park" dans les notes de pochette de l'album.

Prince décidera finalement d'acheter l'entrepôt pour une somme de $450,000 en vue d'y construire un complexe de studios. Le bâtiment originel est rasé début 1985, mais finalement cet endroit ne se prêta pas à la construction du complexe qui deviendra Paisley Park car le terrain était trop petit et il ne fut pas possible d'acheter les terrains alentours. Au lieu de cela, un autre terrain fut identifié à Chanhassen aux abords de la highway 5. Les représentants de Prince ont mis en compétition les localités de Eden Prairie et de Chanhassen pour l'installation du complexe de studio. Ce fut finalement Chanhassen qui l'emporta en accordant des réductions d'impôts assez importantes.

En attendant la construction du futur Paisley Park, l'entourage de Prince a du localiser un nouvel entrepôt, situé cette fois sur Washington Avenue à Edina, non loin de Flying Cloud Drive. Bien plus vaste que les précédents, cet entrepôt était presque voisin avec les bureaux de PRN Entreprises, qui assuraient la gestion administrative des activités de Prince. Le fait de rassembler en un seul endroit les bureaux administratifs, les espaces de répétition et d'enregistrement, et des espaces de tournage de clips, ainsi que toutes les facilités comme la confection des costumes de scènes, ont conduit à imaginer le Paisley Park.

L'entrepôt de Washington Avenue a été utilisé jusqu'en mars 1987, quand Paisley Park est finalement devenu opérationnel.

Conception de Paisley Park

La conception de Paisley Park a été confié à un architecte californien, Brett Thoeny du cabinet Boto Design, situé à Venice et spécialisé dans les studios d'enregistrement.

La construction du complexe a débuté à Chanhassen, à la mi-janvier 1986. Une compagnie locale, Bossardt - Christenson, a été engagée pour réaliser les travaux.

L'idée majeure de Paisley Park est de pouvoir maîtriser en un même endroit l'ensemble de la production discographique. Ce concept était particulièrement nouveau à l'époque. Si plusieurs groupes ou artistes dans le passé avaient leurs studios attitrés, dans pratiquement aucun cas ces studios n'étaient la propriété de l'artiste lui-même. Dans le schéma classique de l'industrie musicale, le producteur lance un projet d'album, établit un budget, réserve des session studios, convoque des musiciens, paie le personnel, et délivre un produit à la maison de disques. Prince, lui, a payé cash les 10 millions de dollars nécessaires à la construction de Paisley Park. Il peut ainsi enregistrer en toute liberté, quelle que soit l'heure, et bien plus encore. Il peut créer un concept complet, réaliser des costumes, tourner les clips vidéos, répéter les spectacles, tout cela au même endroit, et ceci sans avance nécessaire de la part de la maison de disques.

Prince n'est pas obligé de définir à l'avance un projet donné, il peut au contraire débuter plusieurs projets simultanément et décider de leur sort après un certain état d'avancement. La maison de disques n'a ainsi plus la maîtrise de la production de l'artiste. C'est l'artiste lui-même qui décide de son orientation de carrière et délivre des produits finis à la maison de disques.

Pour assumer son coût de fonctionnement, il était prévu à l'origine que Paisley Park soit un lieu commercialement ouvert. Plusieurs artistes locaux ou nationaux, comme R.E.M., Kool & The Gang, les Bee Gees ou les Fine Young Cannibals, sont venus enregistrer ou répéter leurs tournées à Paisley Park. L'endroit fut aussi utilisé pour la réalisation de nombreuses publicités locales ou nationales. Cependant, au fil des années, Prince eut tendance à utiliser Paisley Park pour son bien propre uniquement, tournant le lieu en un endroit exclusif. Après 1996, le complexe qui était initialement décoré dans des tons assez neutres (voire austères) est transformé en une sorte de temple à l'honneur de son propriétaire, avec les disques d'or accrochés aux murs et des fresques murales représentant Prince et ses associés à diverses étapes de sa carrière.

3036612962 8866fb8706 o

Paisley Park - fresque murale dans un des couloirs

Rez-de-chaussée

Hall d'accueil

Les visiteurs piétons entrent dans Paisley Park par l'entrée principale, située à l'avant du bâtiment. Un bureau d'accueil et une petite pièce dédiée aux équipes de sécurité sont présents dans le hall, dont le plafond est circulaire et ouvert sur le 1er étage.

Atrium et cantine

Une fois passé le hall d'accueil on accède par le couloir à un atrium, une pièce centrale et carrée, baignée par un puits de lumière en provenance des pyramides vitrées du plafond. En hauteur, une coursive dessert les pièces situées à l'étage. On peut apercevoir d'en bas la cage de Divinity et Majesty, les colombes de Paisley Park.

A cet endroit, derrière des portes en bois et vitrées, se trouve la "cantine" de Paisley Park, une pièce constituée de deux séries de banquettes autour de tables, et d'un espace cuisine. Un canapé faisant face à une télévision grand écran se situe dans un recoin.

Prince a parfois donné des performances intimistes dans l'atrium pour un nombre très limité de personnes. Toutes les pièces de Paisley Park sont équipées de systèmes de câbles, qui permettent de les relier à l'un des studios. Ainsi, potentiellement,il est possible de jouer et d'être enregistré à tout endroit du bâtiment.
Paisley

Paisley Park - atrium

Studios

Accessibles par les couloirs partant de l'atrium, on trouve à Paisley Park quatre studios d'enregistrement de haute tenue, désignés par les lettres A, B, C et D. Le studio A est le plus grand, d'une surface d'environ 140 m² et doté de deux salles isolées permettant des enregistrements en groupe. Les murs sont en bois et en marbre. Initialement doté d'une console 48 pistes, il a été modifié plusieurs fois. A un moment (1987) il disposait d'une console SSL 6000-E entièrement automatisée, avec 64 pistes. Plus tard (1993), une console 80 pistes numérique y a été installée et mise à jour encore en 2005 (voir ici). D'une surface de 92 m² environ, le studio B est celui qui avait la préférence de Prince pour ses enregistrements en solo. Il dispose depuis 2005 d'une console deMedio de 48 pistes. Sa salle de contrôle semble plus richement décorée que celle des autres studios, on y trouve un canapé violet, des coussins, des néons. Des machines d'enregistrement analogiques sont présentes. Le matériel de ce studio provient en partie de la maison de Prince. Le studio C est plus modeste, et il est accolé à une salle de répétition / danse dotée d'un mur miroir. C'est dans ce studio qu'a été enregistré l'essentiel de l'album Plectrumelectrum. Il dispose d'une console de 32 pistes. Enfin le studio D est le plus petit, il contient une station audionumérique (DAW) et une console 32 pistes.

Sl 8080 g paisley park 2

Paisley Park - studio A

Salle de concerts ("soundstage")

D'une surface de plus de 1200 m², la salle de concert peut contenir jusqu'à 1375 personnes debout. Haute comme une arène de hockey, son plafond peut supporter plus de 900 kg de matériel en tout point. Elle est suffisamment large pour permettre des concerts, mais surtout des répétitions en "taille réelle" ce qui était son utilité d'origine. La tournée Lovesexy '88, avec sa scène centrale et ses automates (notamment la voiture qui faisait le tour de la scène) fut l'une des premières à être préparée ici. Totalement acoustique, la "sound stage" peut être utilisée à plein volume même lorsque des enregistrements ont lieu dans les studios A, B, C ou D. Elle est également aménageable pour la production de films. Prince y a filmé plusieurs shows TV pour lui même, et le film Graffiti Bridge.

PaisleyParkphoto filmConcert

Paisley Park - sound stage

NPG Music Club room

Npgmc room

La "NPG Music Club room" contiguë à la Sound Stage

La salle "NPG Music Club" est une pièce de taille moyenne qui contient également une scène ainsi que des escaliers métalliques qui permettent d'accéder à l'étage. Son utilité première était d'être un quai de déchargement ("pre stage area") pour le matériel devant servir à la scène principale. Quatre grandes portes permettant d'accueillir des semi-remorques sont prévues à cet endroit. A la fin des années 1990 / début des années 2000 elle fut redécorée et rebaptisée "Love 4 One Another Area" avant de prendre le nom de "NPG Music Club". Des concerts intimistes ont été donnés à cet endroit qui peut contenir environ 200 personnes. La sound stage et la NPGMC Room donnent ensuite sur un espace comprenant un bureau qui peut servir de point d'accueil pour entrer en concert, ou de stand de merchandising à la sortie. Cet espace est doté de trois portes identiques pour permettre l'entrée et la sortie du public, ainsi que d'une porte vitrée similaire à celle de l'entrée principale et qui donne sur la cour intérieure.

Bureaux

Une série de pièces et de bureau de taille relativement modeste sont présents au rez-de-chaussée. Dans les années 2000, le bureau de Prince (initialement à l'étage) a pris place au rez-de-chaussée. Il est doté d'un cabinet de toilette. Les autres pièces ont été aménagées en salles relatives aux albums (Sign O The Times, Lovesexy, Diamonds And Pearls...) lors de la transformation du lieu en musée.

Edition suite

Une salle d'édition vidéo est présente au rez-de-chaussée. Elle est dotée de tous les équipements permettant le montage son et image des clips et concerts donnés dans la sound stage. Sa disposition tout en longueur permet à des invités de se poser dans des canapés pour assister à une diffusion du spectacle, comme dans une salle de cinéma.

1er étage

Depuis toujours le premier étage de Paisley Park n'est pas ouvert au public, et il en existait pratiquement aucune image jusqu'en 2018 et la diffusion des photos de l'investigation policière par le Sheriff du Comté de Carver. Seules des personnes sélectionnées, des employés tenus au secret, ou des invités triés sur le volet pouvaient accéder à l'étage supérieur.

Atelier de confection

DSC 0202

Cette grande pièce dotée de trois fenêtres donnant sur l'atrium était auparavant l'atelier de confection.

Situé au dessus de la cantine et facilement identifiable par ses trois fenêtres intérieures surplombant l'atrium, l'atelier de confection a employé une dizaine de personnes à temps plein de 1987 à 1994. Tous les costumes de scène et les accessoires étaient produits sur place par des stylistes. Il est vite apparu que ce département avait un coût de fonctionnement très important, rien qu'en charges de personnel, pour un résultat qui pouvait être obtenu de la même manière auprès de couturiers. Lorsque Prince a réorganisé ses activités au milieu des années 90, cette activité a été supprimée. Prince s'est fourni ensuite chez de grands couturiers comme Versace.

Salon de coiffure

L'étage est constitué de plusieurs loges, toilettes et salles de bain, dotées de miroirs et d'équipement de salon(s) de coiffure. Ces espaces ont été redécorés au fil des années.

Salle de conférence

DSC 0147

La salle de conférences

Une salle de réunion est présente au premier étage et peut contenir une douzaine de personnes autour d'une large table.

Bureaux et pièces diverses

Paisley Park a renfermé aussi les bureaux de la gestion administrative de Prince, connue sous le nom de Paisley Park Enterprises. Ces bureaux ont ensuite été transformés en diverses pièces de stockage ou de rangement. On trouve aussi à l'étage diverses pièces dont une avec une estrade en bois, qui donne sur un espace loge et une large chambre.

Salle de repos

A l'ouverture des studios en 1987, une salle de repos existait à Paisley Park.

19871222-Paisley-Park-1b

Paisley Park - salle de repos (1987)

Appartements

DSC 0187

L'envers de la mystérieuse "porte au vitrail" donne sur la grande chambre où il est inscrit sur le mur "Everything U Think Is True".

Paisley Park a toujours renfermé un lieu d'habitation, permettant à Prince ou ses invités de dormir sur place après de longues nuits de session studio. Mais bien évidemment ces endroits étaient dans le secret le plus absolu. Une mystérieuse porte vitrée, située en haut de l'escalier provenant de la NPG Music Club Room, était présentée dans certains clips vidéo sans que l'on ne sache jamais ce qu'il pouvait y avoir derrière. Il s'agit en fait d'une grande pièce transformée en chambre, bardée sur un mur de l'inscription "Everything U Think Is True". Plusieurs cabinets de toilettes et salles de bains sont disponibles dans les pièces situées en enfilade. Au fil du temps diverses autres pièces, notamment des bureaux, ont été transformées essentiellement en chambres.

Sous-sol (Basement)

Le sous-sol permet l'accès à plusieurs endroits :

  • A gauche, le Vault dédié au stockage des instruments
  • En face, l'accès au Vault audio via une antichambre
  • A droite, l'accès au garage où sont entreposés les véhicules de Prince

Extérieur

Le bâtiment principal de Paisley Park est érigé sur une parcelle de pelouse dotée d'un parking avec deux grilles d'entrée (une backstage et une donnant sur l'entrée principale). Un second bâtiment surnommé "The Egg" (l'oeuf) a été construit en 2002, mais n'a jamais été aménagé. L'intérieur est resté entièrement vide. Le permis de construire initial faisait mention d'un restaurant.

PP eggbuilding

Le bâtiment "The Egg", inachevé

Fonctionnement du complexe

Le complexe a ouvert officiellement le 11 septembre 1987, bien que Prince ait commencé à enregistrer sur place dès le mois d'avril et que durant l'été, les scénettes et une partie du film Sign O' The Times y aient été tournées. Rudy Perpiech, célèbre gouverneur de l'état du Minnesota, a participé à l'inauguration et décrété ce jour comme le "Prince day". La notoriété de Prince et le fait qu'il ait tenu à rester à Minneapolis pour enregistrer, ont créé des émules et plusieurs autres studios ont fleuri en ville, dont les studios "Jungle Love" de Jesse Johnson, ou les studios "Flyte Tyme" de Jimmy Jam & Terry Lewis, situés à Edina. De nature techniquement similaire au Paisley Park, ils étaient toutefois beaucoup plus petits. Ces activités ont contribué à développer l'économie musicale autour de Minneapolis, et encourager l'emploi.

Flytetymestudios

Flyte Tyme Studios - extérieur

Flytetymestudios triptych

Flyte Tyme Studios

Toutefois, à de nombreuses reprises au cours du temps, la question de la santé financière de Paisley Park est revenue. Durant les premières années, près de 150 personnes travaillaient dans le complexe pour l'élaboration des tournées. A partir du moment où Prince pris ses distances avec la Warner, les activités ont sensiblement diminué. En effet, les rentrées d'argent ont été moindres, bien que les royalties obtenues sur les disques ou les concerts permettaient à Prince de maintenir sa situation financière. Les studios ont été redécorés et mis à jour techniquement au fil du temps, notamment en 1993, 1996 et 2005. Par la suite, une équipe très réduite (quelques personnes seulement) ont pris en charge les activités de Prince. Pour des besoins de productions, des équipes temporaires ou des sous-traitants peuvent être embauchés.

Héritage

Paisley Park restera indiscutablement l'oeuvre de Prince la plus visible en dehors de ses disques. Prince a régulièrement mis en avant ce lieu dans des clips ou des émissions de TV, et le complexe de studios a une renommée mondiale. Considéré comme un temple de la création musicale, Paisley Park deviendra un lieu de pèlerinage comme Neverland pour Michael Jackson ou Graceland pour Elvis Presley, bien qu'il s'agissait dans ces cas là de demeures de résidence et non de studios d'enregistrement.

Les détails de la transformation de Paisley Park en musée figurent ici : Paisley Park Museum.