FANDOM


1986 newmorning facade.jpg

La façade du club New Morning

Cet article traite du concert de Prince and The Revolution au New Morning, à Paris, le 24 août 1986. Il s’agit d’un one-off donné la veille du très attendu concert au Zénith de Paris, le 25 août 1986.

Contexte

Alors que tous les yeux se focalisent sur le concert du Zénith, Prince débarque par surprise la veille au soir au New Morning, pour un set intimiste. Ayant fait venir son papa depuis Minneapolis, Prince voulait probablement l’emmener dans ce club de jazz parisien dont la renommée est internationale.

Les témoignages sur ce concert sont quasi inexistants, mais il semble bien que le show ait été programmé à la toute dernière minute, après le concert de l’artiste prévu ce soir-là. L’apparition de Prince a eu lieu vraisemblablement après minuit, prenant au dépourvu les « 150 happy-few d’un New Morning hébété » comme il fut relaté ultérieurement, et encore présents en ce dimanche soir. Le nombre de fans devait être limité à quelques chanceux qui pouvaient être en contact avec l’entourage de Prince à ce moment-là, ainsi que ceux qui ont participé au montage du show comme l’équipe du New Morning.

Si l’on excepte les deux courtes jam-sessions tardives données à Londres quelques jours plus tôt, le concert du New Morning est le premier véritable « aftershow » (bien qu’il eut été donné la veille du show proprement dit) joué par Prince dans la forme que l’on a connu lors des tournées ultérieures.

Le groupe The Revolution était au complet, incluant la participation des deux danseurs / choristes masculins, Greg Brooks et Wally Safford.

Le show

1986 newmorning interieur.jpg

Une photo récente de l'intérieur du New Morning, qui montre la petitesse de la scène et la fosse pour le public juste devant.

Par une chance incroyable le concert du New Morning a été enregistré, au moins partiellement. Ce qui permet de se donner une idée assez précise du contenu du show bien que l’enregistrement, amateur, soit de mauvaise qualité. Le micro devait être mal positionné, peut être posé directement sur une plaque de métal (sur le bar ?), et il y a un « buzz » électrique sur chaque note ou presque de la basse de Brown Mark.

D’un point de vue global, le concert du New Morning est joué dans un véritable esprit jazz. Les versions jouées seront plus libres, et plus relaxées. C’est le cas de Strange Relationship ou Head par exemple, qui sont jouée dans un subtil groove laid-back. On voit bien que le nombre de titres répété est limité, car le groupe incorpore des éléments du « main show » dans l’aftershow. 

L’enregistrement débute par le titre I Can’t Get Next To You, une reprise des Temptations également popularisé par Al Green. Mais il n’est pas certain que ce soit le premier titre du concert, car la bande débute alors que le morceau est déjà commencé et on sent le public déjà « dedans », comme si ce n’était pas le premier titre. Également, Prince ne donne aucune indication vocale de type « bonsoir Paris » ou autre, qui montrerait qu’il s’agit du début du concert. Porté par les cuivres et par les chœurs, et l’enthousiasme du public, le morceau est excellent.

Love Or Money vient ensuite, bien que la bande semble avoir été coupée à cette endroit également, il n’est donc pas certain que ce soit le titre qui vienne juste après. Il s’agit essentiellement d’un jam funky agrémenté de divers solos.

Nouvelle coupure assez nette de la bande, pour passer à Red House, une reprise de Jimi Hendrix qui deviendra un classique des aftershows les années suivantes (souvent renommée en Purple House). C’est l’occasion pour Prince de prendre la guitare et de livrer d’agréables notes bluesy.

On continue dans l’excellence avec un passage au piano, Prince entonnant l’inédit An Honest Man. D’abord seul, Prince réclame un solo de Eric Leeds puis l’appui de la batterie de Bobby Z sur la seconde partie du morceau. C’est juste très bon même si on sent que le morceau se cherche un peu, les quelques paroles sont répétées plusieurs fois pour essayer de donner quelque chose de consistant. An Honest Man figurera sur la compilation Crystal Ball parue en 1998, sous une forme a capella, alors qu’elle est jouée au piano (sans voix) dans le film Under The Cherry Moon. Il semble donc que Prince n’ait pas trouvé la version définitive de cette chanson. 

On en vient à un superbe Strange Relationship, un morceau répété déjà pendant les soundchecks du Purple Rain Tour (en avril 1985, à Miami par exemple), et bien que ce titre appartiendra à l’album Sign O The Times (et au groupe associé), les Revolution livrent ce soir-là un groove envoutant, et le morceau est juste parfait, intégrant même vers la fin quelques vers de Last Heart, un morceau inédit prévu pour figurer sur le Crystal Ball original.

Jusque-là, on est bien dans une ambiance d’aftershow telle qu’on la connaîtra durant les années suivantes, avec des titres inédits ou des versions déstructurées de morceaux connus par ailleurs. Un vrai régal. 

C’est le moment où l'on passe à Head, une version longue et au tempo légèrement ralenti. Prince demande à Eric Leeds d’intervenir en lieu et place du solo de synthé de Dr Fink, et le résultat est juste excellent. Le morceau se poursuit ensuite assez longuement tout en restant funky. 

Anotherloverholenyohead est également l’occasion d’une version laid-back à souhait, c’est d’ailleurs le seul morceau qui semble reconnu par le public dès le départ ce qui semble prouver que l’audience de ce concert est composée d’un auditoire non fan. La bande se coupe brutalement à la fin, comme si l’enregistreur pirate souhaitait préserver la longueur de bande restante, ce dont on ne peut pas lui en vouloir. 

Vient alors un long Soul Power, reprise de James Brown, qui sera l’occasion de multiples solos (surtout des cuivres) et d’une participation du public définitivement acquis, jusqu’au traditionnel gimmick aboiements versus miaulements vers la fin.  

On retourne à une base plus classique avec Controversy suivi d’un A Love Bizarre de plus de neuf minutes comme sur la tournée, avec de multiples arrêts et relances et divers solos. Un court extrait d’un jam jazzy est alors présent, où Dr Fink a livré un petit solo. Le morceau est toutefois trop court pour que l’on comprenne de quoi il s’agit.  

Une prestation essentiellement instrumentale de Do Me, Baby vient alors, d’une durée de près de huit minutes. Elle comporte des éléments de guitare blues du meilleur effet au début, mais il est difficile à dire si ils sont joués par Prince ou par Miko Weaver. Les cuivres viennent appuyer le propos, puis le gimmick « Do Me Baby, All Night Long » est repris. 

Tout cela est suivi d’un 17 Days bien enjoué, incorporant le coda de I Wanna Be Your Lover comme joué sur la tournée européenne. Le morceau semble reconnu par une personne du public au début. Le morceau débute par un long passage instrumental avec des guitares au lick bien funky, et une conversation avec la basse de Brown Mark

Le dernier titre est également intéressant, il s’agit d’un morceau instrumental et inédit intitulé Susannah’s Blues ; la particularité ce soir-là est que John L Nelson a rejoint le groupe sur scène pour jouer une partie de piano. Prince a ainsi, peut-être, réalisé le rêve de son vieux papa de jouer dans un club de jazz parisien. Au début du titre Prince apostrophe plusieurs fois Miko Weaver, puis il mentionne (de façon pas très distincte, comme s’il était intimidé) que quelqu’un vient jouer au piano. C’est donc John Nelson qui vient jouer quelques notes avant que le morceau ne se termine abruptement sur l’enregistrement. 

Héritage

Ce premier concert au New Morning est intéressant à plus d’un titre, sur le plan musical tout d’abord mais aussi parce que c’est l’un des rares aftershows donnés avec The Revolution. Après le concert, l’information du passage de Prince dans ce club fut connue rapidement, mais cet évènement fut considéré comme élitiste, où seuls quelques nightclubbers bien renseignés ont pu aller. Il y a donc eu assez peu de regrets de la part des fans sur ce show, que l’on considérait de toute façon comme « hors catégorie ». De plus, pour la plupart des gens, c’est le concert du Zénith qui représente à ce moment-là l’enjeu le plus important. Rappelons que jusqu’à l’ouverture du rideau noir au Zénith le lendemain soir, rien ne semblait gagné. Le moindre faux pas pouvait déclencher un caprice de Prince, et il pouvait tourner les talons et ne pas venir jouer. Du moins, c’est ce dont on était tous persuadés. De plus, l’année suivante Prince reviendra au New Morning pour un concert bien plus connu et partagé, notamment parce qu’il a été bien mieux enregistré et aussi parce qu’il y avait plus de monde et surtout plus de fans. A ce jour, il a été pratiquement impossible de retrouver une personne ayant assisté au show de 1986. Dès lors, ce concert est longtemps resté d’un intérêt second alors qu’il est juste fabuleux.

Jusqu'alors, les soundchecks précédant les performances sur scène servaient de défouloir aux membres du groupe et permettaient de tester les nouveaux morceaux. Mais cela se passait sans public. Il y avait eu également quelques one-off sur la tournée Purple Rain, mais il s'agissait essentiellement de concerts à part entière. Avec ce concert au New Morning, d'une durée totale que l'on peut estimer à 90 minutes, et joué tardivement, Prince inaugure un nouveau mode de fonctionnement qui verra naitre le principe des aftershows. S'agissait-il de montrer un nouvel intérêt musical aux membres de Revolution, qui avaient déjà programmé leurs départs à la fin de la tournée Parade ? ou bien justement, se sont-ils dits que ce genre de prestation à pas d'heure, nécessitant une concentration extrême, ne serait pas pour eux ? l'avenir nous le dira, mais il est connu que les aftershows se sont installés dès la tournée suivante, le Sign O The Times Tour qui eut lieu en mai et juin 1987 avec un tout nouveau groupe.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard