FANDOM


Cet article relate mon expérience vécue lors du concert de Prince à l'Ahoy de Rotterdam, dans le cadre du North Sea Jazz Festival, le 9 juillet 2011.

Rotterdam2011 09.jpg

Mon billet de concert du 9 juillet 2011

Contexte

Le show du 9 juillet est le second donné lors du North Sea Jazz Festival sur un total de trois concerts, les 8, 9 et 10 juillet 2011. Après un premier concert en demi-teinte, émaillé de nombreux problèmes de son, nous espérions un concert de meilleure tenue pour la soirée du samedi.

Nous débutons la journée tranquillement, en regardant le planning des concerts prévus ce jour là dans le cadre du festival. Il n’y a rien de bien intéressant avant 20h45 où Chaka Khan doit jouer dans la salle Nile. Selah Sue, la chanteuse belge avec qui Prince avait souhaité travailler, se produit dans la grande salle de 22h45 à minuit. En parallèle, Candy Dulfer débute un show à 23h45 alors que dans la salle Congo, au même moment on peut trouver Trombone Shorty & Orleans Avenue, qui fait partie des artistes que Prince affectionne.

Devant une nouvelle fois rencontrer des fans et revendre des billets, je me rends d’assez bonne heure aux abords du complexe hébergeant le North Sea Jazz. Je déambule ensuite dans l’enceinte du festival, et regarde de loin quelques concerts dont celui de Ben l’Oncle Soul, le soulman frenchy. Au final, au gré des rencontres, des copains, et des bons moments, j’ai tendance à délaisser les concerts que je voulais visiter et vers minuit il est déjà l’heure de se rendre à la porte du Mass Hall et d’attendre pour Prince. Nous n’avons aucun écho d’un concert d’un autre artiste où Prince serait apparu, ce qui sera confirmé ultérieurement. Il reste donc la star ultime du festival, ne se mélangeant à aucun autre.

Alors que le show était prévu pour débuter à 1h15 du matin, il a démarré à 01h55.

Le show

Rotterdam2011 1.png

Pendant Joy In Repetition

Dès le début de ce show du samedi, nous comprenons que l’ambiance n’est pas du tout la même que la veille. Le son s’est grandement amélioré et l’entrée en scène de Prince, qui se fait crescendo sur un titre grandiose, Joy In Repetition, met le public du North Sea Jazz en émoi. S’excusant presque immédiatement des problème de son de la veille (une surprise, a-t-on déjà entendu Prince s’excuser ?), nous voici transportés dans un voyage musical où Maceo Parker ajoute une note de sax sublimissime. Prince appuie le tout d’un solo de guitare tout aussi réussi. Le morceau se poursuit avec Nothing More, un titre de Andy Allo que nous ne connaissions pas à l’époque car son disque Superconductor n’était pas encore sorti. Les arrangements de ce titre sont similaires à ceux du morceau The Love We Make, sur l’album Emancipation, et c’est justement ce titre sur lequel Prince enchaine en reprenant le lead.

Rotterdam2011 2.png

Le chanteur Seal sur scène

Après cette introduction sublime, le groupe enchaine avec Mountains et c’est alors que surgit le chanteur Seal, ce qui est assez inattendu. Mais comme pour Janelle Monae la veille, la performance en guest est sensiblement décevante. Seal ne connait pas les paroles du morceau et balance quelques phrases qui ne veulent rien dire, puis gesticule sur scène, avant de repartir. Tant et si bien que Prince reprend ensuite le morceau depuis le début. Il était assez amusant de voir l’air ébahi de la bassiste Ida Nielsen lors de cette performance. Poursuivant dans l’esprit « jam » le groupe enchaine avec un Come Together convaincant, suivi de Alphabet St. Comme la veille, on a un peu le sentiment que le show est décousu, mais il y a de l’ambiance donc ça passe.

D’autant que nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Prenant la basse, Prince enchaine avec une sublime version de Dear Mr Man, un titre rarement joué en live en Europe. Vient alors un passage funky avec If You Want Me To Stay et Stand! de Sly Stone, puis I Want You Back des Jacksons chanté par Shelby J.

La suite prend la forme d’une ballade longue et langoureuse. Et on comprend petit à petit qu’il s’agit de When We’re Dancing Close And Slow, une rareté en provenance du deuxième album. Chantée en duo par Andy et Prince, le morceau est livré dans une ambiance à fleur de peau, et dont la sensualité traverse toute la salle. On se dit alors que ces deux là doivent être sacrément amoureux (bien qu’une liaison sentimentale n’ait jamais été confirmée officiellement).

The Look Of Love, chantée par Andy Allo, est la reprise déjà entendue au Stade de France donc on le prend un peu comme un interlude avant la suite.

Rotterdam2011 3.png

Guitar

Prince revient sur scène en mode trio, avec juste John Blackwell aux drums et Ida Nielsen à la basse, et débute un incroyable set guitaristique qui nous donne des émotions de montagnes russes. Cela commence avec un Guitar survolté, suivi de la rareté I Like It There dans une version détonante. Autre titre attendu, Colonized Mind ravit le public hollandais. On a ensuite Bambi, puis, après une courte pause, on retrouve Peach avec l’ensemble du groupe, agrémenté de paroles tirées du classique Johnny B Goode. Le fait d’écrire ces titres à la suite ne permet pas de définir l’incroyable virtuosité de Prince à la guitare.

A priori à ce stade, le concert est prévu pour être terminé. Mais Prince revient une fois de plus pour un titre favori du public : The Beautiful Ones.

Le rappel final sera constitué de Dance (Disco Heat) tiré des shows de 2010, et enfin Baby I’m A Star.

Après le show

La sortie du concert s'effectue dans une douce nuit d'été. Contrairement à la veille où l'on avait un avis mitigé sur le show, ce samedi Prince a comblé toutes nos attentes et même plus, avec un show grandiose comportant de nombreuses surprises. Et il restait encore une soirée, celle du 10 juillet.

Set List

Joy In Repetition
Nothing More
The Love We Make
Mountains
Come Together
Alphabet St.
Dear Mr. Man
If You Want Me To Stay
Stand!
I Want You Back
When We're Dancing Close And Slow
The Look Of Love
Guitar
I Like It There
Colonized Mind
Bambi
Peach / Johnny B. Goode
The Beautiful Ones
Dance (Disco Heat)
Baby I'm A Star

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard